Meganecc.net

Le coin des passionnés
Nous sommes actuellement le Sam Avr 17, 2021 7:51 pm

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 6214 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 415  Suivant
Auteur Message
Message Publié : Dim Nov 08, 2015 2:52 pm 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Oct 24, 2007 10:58 pm
Message(s) : 21079
Prenom: Wilfried
Ma MCC: Golf Cab 1,4L 122cv
Localisation: Noisy le grand
la suite du récit des anciennes

_________________
La gallerie de ma Golf Cab
Le blog de bubu


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Nov 08, 2015 3:34 pm 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59618
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
:bubu Merci Will!


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Nov 09, 2015 9:24 am 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59618
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Automedon...

"Ford "T"."

Image

Image

"L'Amérique sur roues."

Henry Ford crée sa marque de voitures en 1903 aux États-Unis, l'homme va se montrer visionnaire et révolutionnera irréversiblement l'univers automobile à tout jamais.
Son idée est de fabriquer en grande série un modèle, rationaliser sa construction pour en réduire les coûts, pour cela il faut que la voiture soit accessible à un nombre importants d’Américains pour rentabiliser ses lourds outils de production.
Pour se faire, Henry Ford va s'inspirer des méthodes utilisés dans les...abattoirs lors d'une visite d'un immense site à Chicago, en effet, chaque ouvrier ne s'occupe que d'une seule tache, ce qui simplifie les choses donne un rythme soutenu, la base même du Taylorisme que l'on connaît tous aujourd'hui mais qui était nouvelle au début du 20ème siècle.
Le modèle T va naître ainsi, véhicule très simple avec un choix limité de carrosserie et une seule couleur disponible au départ, le noir. Une légende dit que ce choix était fait pour des raisons de temps de séchage mais en réalité c'est que cette peinture coûtait moins chère que les autres. D'ailleurs, d'autres teintes seront proposés aux clients mais il est vrai que la majorité des acheteurs la choisissaient de cette sombre couleur.
Utilisant des composants simples, elle aura pour avantage d'offrir une fiabilité inconnue jusque-là, sa mécanique étant un robuste quatre cylindres 2.9 litres offrant 20 chevaux, ce qu'il fallait pour se déplacer, un luxe déjà inouï en 1910.
Proposée à 850$, elle "cassait" les prix du marché car ses concurrentes étaient affichées autour des 2000$, sacré différence. Mais Ford va fracasser le petit monde de l'automobile car le succès est tel que la voiture coûte de moins en moins cher à produire, dans les années 20, elle voit son prix de vente est tombé à 300$! C'est un succès si bien que la voiture portera même un affectueux surnom, celui de "Tin Lizzy".
La cadence de l'usine sera infernale et pour combler les nombreuses commandes plusieurs sites de production devront être ouverts, le rythme va sans cesse s’accélérer si bien qu'en 1914 il faut compter 93 minutes pour assembler un modèle. André Citroën sera l'un des premiers Européen à rencontrer Ford et à visiter ses installations, il reviendra en France avec comme but de faire la même chose avec sa 5HP.
La T sera produite jusqu'en 1927, jamais un modèle n'aura connu autant de succès et plus de 16 millions de modèles sortiront des chaînes d'assemblage, elle rentrera pour toujours dans la légende pour être désormais placée au sommet du panthéon de l'automobile de par son importance historique.
Vendue aux quatre coins du monde elle débarquera aussi en France mais en moindre quantité. Ici un modèle de 1923 superbement restauré dans une belle variation de couleur en ivoire et blanc.

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Nov 09, 2015 1:47 pm 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59618
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Fort Lauderdale...

"Packard Model "1707" Victoria Convertible."

Image

Image

"Ne rien envier aux autres."

On remonte le temps de la riche histoire de Packard avec les plus belles réalisations pour moi du milieu des années 30 et ses lignes que je trouve d'une beauté intemporelle. A mes yeux le style Packard ce sont ces modèles d'une classe folle avec leur superbes calandres si statutaires et souvent peintes couleur caisse, c'est aussi ces feux oblongs posés sur des ailes aux galbes sensuels tout avec des proportions savoureusement calculées, quelle allure, quelle élégance pour ce modèle dont la production s'effectuera entre 1932 et 1939. Pour en revenir au sujet du chrome, il est étonnant d'en voir si peu sur ce genre de voitures, comme si pour Packard ces ornementations étaient déjà du passé. Ici, hormis les imposantes lames de pare-choc, on ne trouve que de fines baguettes surlignant les courbes voluptueuses de ces modèles si savoureux.
Packard a été l'un des premier constructeur à proposer des moteurs V12 dès 1916, la guerre féroce entre les plus grands dans les années 30 imposera ce retour pour s'imposer dans la galaxie des modèles de prestige, ce qui donnera à Cadillac l'idée de surenchérir avec de gargantuesques moteurs V16, une course à l'armement sans répit!
Mais ces moteurs coûtent chers à fabriquer et c'est souvent sur commande que les clients optent pour ces blocs fort en image.
Ces grands moteurs obligeaient les stylistes à dessiner des automobiles aux longs capots comme ici sur ce modèle mais les proportions sont si harmonieuses que l'on ne s'en rend même pas compte.
L'agrément d'utilisation de ce V12 7.7 litres lui offrait un confort d'utilisation rare et une souplesse fantastique en plus de performances remarquables, son fonctionnement très doux était en plus un véritable gage de fiabilité, on ignorait encore toute la notion du "downsizing" en ce temps mais il en sortait toutefois 175 chevaux, une fort belle valeur dans les années 30. attention, ce bloc est entièrement nouveau et n'a plus aucune pièce commune avec l'ancien Twin Six.
D'un silence remarquable et d'un grande douceur, cette Packard pouvait rivaliser sa rougir avec les modèles de prestige Européens
Ce modèle de 1939 est absolument remarquable, ses courbes font tourner la tête et chaque détail a fait l'objet d'attentions particulières comme le support de roue de secours caréné dans l'aile avant où bien encore la batterie de cinq compteurs ronds alignés sur une planche de bord recouverte de boiseries et d'inox, superbe.

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Nov 09, 2015 2:12 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 16, 2009 1:23 pm
Message(s) : 24904
Prenom: Guillaume
Ma MCC: Mégane III CC Floride noir étoilé
Localisation: Fécamp
Spleeeeendide :plie: :plie: :plie: :plie: :plie: :plie:

_________________
ex mégane 2 CC exception noire, mégane 3 coupé dynamique blanc toit vitré
et mégane 3 CC dynamique blanc nacré
Image
mégane 3 CC Floride noir étoilé & mégane 4 Estate Intens bleu berlin


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Nov 09, 2015 4:55 pm 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59618
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
Oh que oui, quelle ligne! On voit le tournant important de la fin des années 30 où les arrondis et l'aérodynamisme commence à sculpter de divines carrosseries...


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Nov 09, 2015 5:09 pm 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59618
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Automedon...

"Volkswagen Corrado 16V."


Image

Image

"En coup de vent."

Le coupé Scirocco fût produit de 1974 à 1992, 800.000 exemplaires en seront vendus à travers le monde, autant dire que ce fût un succès énorme et inattendu pour Volkswagen. Et contrairement à ce que l'on pense, ce n'est pas un dérivé de Golf car elle a été commercialisée avant la compacte Allemande .
Il fallait donc présenter sa descendance, ce sera chose faite en 1988 alors que la Scirocco est toujours au catalogue, et ce pour encore quatre années, la nouvelle se nomme Corrado. Fini le nom de vent que Maserati affectionne, Corrado sonne bien, sorte de mélange entre corall et de rodéo, voilà qui sent la sueur et l'adrénaline.
Ce nouveau modèle est basé sur le châssis de la Golf II et sera fabriqué dans les ateliers de chez Karmann. Son style est plutôt réussi, massif et plutôt carré, il donne à la Scirocco des airs de voiture assez féminine quand on compare les deux modèles, on voit bien les changements stylistiques de l'époque. L'habitacle est lui aussi bien diffèrent de la Scirocco, la finition évolue dans le bon sens, c'est moderne, taillé à la règle et pas très gai, du Volkswagen pur sucre qui a pour avantage de bien résister aux assauts du temps qui passe. Assez spacieux, la Corrado dispose d'un hayon bien pratique et logeable, un autre atout de cette Volkswagen.
A sa sortie, un seul moteur essence lui est proposé, c'est la G60 qui dispose d'un quatre cylindres de 1761 Cc dopé par un compresseur volumétrique et développant 160 chevaux, une mécanique piquante et qui offre de la saveur à cette nouveauté fort attrayante. L'année suivante viendra la 16V, ici plus de compresseur mais une culasse à quatre soupapes par cylindre, la puissance passe à 136 chevaux, chiffre encore correct mais qui n'offre pas les sensations que les lignes laissent suggérer. Mais en 1991, la marque Allemande sort l'artillerie lourde et l'équipe du fabuleux VR6 de la Golf, ce bloc de 2861 Cc à 12 soupapes sort 190 chevaux avec une fabuleuse musicalité, un must! Côté chiffre, il faut moins de 28 secondes pour abattre le kilomètre départ arrêté et sa vitesse maxi s'établit à 235 Km/h, c'est clair, la marque du peuple cherche à séduire les clients de chez Porsche et fait de son coupé une vraie petite GT capable d'en offrir tout autant qu'une 944.
Pour les moins riches il sera proposé l'année suivante une version 2.0 de 115 chevaux, mécanique bien terne pour animer ce coupé de 1115 kilos, le contenant sans le contenu en quelque sorte mais Volkswagen devra bien le proposer pour offrir une entrée de gamme relativement abordable car son nouveau jouet se vend bien plus cher que la Scirocco.
C'est certainement à cause de ces prix élitistes que la Corrado ne va pas rencontrer le succès esperé, 97.521 exemplaires en seront vendus, comparé au raz de marrée de la Scirocco, c'est bien peu, pourtant la vague des coupé est a son zénith au milieu des années 90, un loupé que la marque de Wolfsburg va mal digérer car il faudra attendre 2008 pour voir un nouveau coupé réapparaître, la Scirocco tiens donc...
Voilà donc une version 16V qui nous remémore une époque où le style Volkswagen semblait quelque peu se chercher et jouait beaucoup avec les angles. Si elle n'est pas d'une folle élégance, elle dégage un certain caractère qui en fait désormais une "youngtimer" de choix qui semble appréciée des jeunes collectionneurs, il faut dire qu'en rouge et avec ces jantes à nid d'abeille, elle fait encore son petit effet, bon vent à elle.

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Nov 09, 2015 9:36 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 16, 2009 1:23 pm
Message(s) : 24904
Prenom: Guillaume
Ma MCC: Mégane III CC Floride noir étoilé
Localisation: Fécamp
J'aime bien, plutôt en jaune, malheureusement, le tuning à outrance est passé par là et pour en trouver d'origine :roll:

_________________
ex mégane 2 CC exception noire, mégane 3 coupé dynamique blanc toit vitré
et mégane 3 CC dynamique blanc nacré
Image
mégane 3 CC Floride noir étoilé & mégane 4 Estate Intens bleu berlin


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Nov 10, 2015 11:26 am 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59618
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
Pas simple à trouver en état d'origine et bien préservées hélas...


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Nov 10, 2015 11:29 am 
Hors-ligne
MCC RS
MCC RS
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 28, 2011 10:20 pm
Message(s) : 3546
Localisation : Mayenne (53)
Prenom: Régis
Localisation: Laval
bubu a écrit :
A Fort Lauderdale...

"Packard Model "1707" Victoria Convertible."

Image

Image

"Ne rien envier aux autres."

On remonte le temps de la riche histoire de Packard avec les plus belles réalisations pour moi du milieu des années 30 et ses lignes que je trouve d'une beauté intemporelle. A mes yeux le style Packard ce sont ces modèles d'une classe folle avec leur superbes calandres si statutaires et souvent peintes couleur caisse, c'est aussi ces feux oblongs posés sur des ailes aux galbes sensuels tout avec des proportions savoureusement calculées, quelle allure, quelle élégance pour ce modèle dont la production s'effectuera entre 1932 et 1939. Pour en revenir au sujet du chrome, il est étonnant d'en voir si peu sur ce genre de voitures, comme si pour Packard ces ornementations étaient déjà du passé. Ici, hormis les imposantes lames de pare-choc, on ne trouve que de fines baguettes surlignant les courbes voluptueuses de ces modèles si savoureux.
Packard a été l'un des premier constructeur à proposer des moteurs V12 dès 1916, la guerre féroce entre les plus grands dans les années 30 imposera ce retour pour s'imposer dans la galaxie des modèles de prestige, ce qui donnera à Cadillac l'idée de surenchérir avec de gargantuesques moteurs V16, une course à l'armement sans répit!
Mais ces moteurs coûtent chers à fabriquer et c'est souvent sur commande que les clients optent pour ces blocs fort en image.
Ces grands moteurs obligeaient les stylistes à dessiner des automobiles aux longs capots comme ici sur ce modèle mais les proportions sont si harmonieuses que l'on ne s'en rend même pas compte.
L'agrément d'utilisation de ce V12 7.7 litres lui offrait un confort d'utilisation rare et une souplesse fantastique en plus de performances remarquables, son fonctionnement très doux était en plus un véritable gage de fiabilité, on ignorait encore toute la notion du "downsizing" en ce temps mais il en sortait toutefois 175 chevaux, une fort belle valeur dans les années 30. attention, ce bloc est entièrement nouveau et n'a plus aucune pièce commune avec l'ancien Twin Six.
D'un silence remarquable et d'un grande douceur, cette Packard pouvait rivaliser sa rougir avec les modèles de prestige Européens
Ce modèle de 1939 est absolument remarquable, ses courbes font tourner la tête et chaque détail a fait l'objet d'attentions particulières comme le support de roue de secours caréné dans l'aile avant où bien encore la batterie de cinq compteurs ronds alignés sur une planche de bord recouverte de boiseries et d'inox, superbe.

Image

Image

Elle est sublime, et le moteur doit être une sacré belle pièce d’orfèvrerie :plie: :plie: :plie: :bave: :bave: :bave:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Nov 10, 2015 11:48 am 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59618
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Fort Lauderdale...

"Packard Eight Model "2201" 6 Passenger Station Wagon Woodie."

Image

Image

"C'est Holly...wood!"

Une fois la seconde guerre terminée, Packard se retrouve en excellente santé financière, ses ventes de matériel militaire ont rapportés à l'entreprise des millions de dollars. Fort d'un véritable trésor de guerre, Packard va en réinjecter une bonne partie pour relancer sa production de modèles civils.
Dans un premier temps, c'est la Clipper qui est remise en production le temps d'achever la mise au point d'un nouveau modèle qui sortira en 1948, la Eight. Cette voiture plus moderne que la Clipper empruntait toutefois nombre d'éléments de cette dernière mais c'est surtout sa forme dite de "baignoire renversée" qui va marquer pour toujours les esprits. Ce terme péjoratif n'en fait pourtant pas un laideron, bien au contraire, je lui trouve un charme fou à cette voiture. Le dessin fait appel à la ligne "ponton" mais les ailes sont toujours bien galbées et dodues à souhait, quand à la calandre, si elle se fait plus discrète que par le passé, elle reste un élément bien identifiable de la marque, on pourrait lui trouver des airs de Hudson Hornet.
Tout un panel de carrosseries étaient disponible, berline, coupé, cabriolet mais aussi limousine et même un succulent break "woody".
Au rayon moteurs, tout reposait sur le huit cylindres en ligne qui pouvait s’accommoder de plusieurs puissances en fonction des finitions, 130 chevaux pour la Eight, 145 pour la Super Eight et 160 pour la Custom Eight.
Malgré son dessin novateur, le public est séduit, 92.000 ventes en 1948 et 116.000 en 1949 puis une toute nouvelle série fera son apparition pour 1950 avec un look beaucoup plus sobre, voir trop discret jugeront certains.
Ce modèle de 1948 est une incroyable version Station Wagon "Woodie" dont le huit cylindres développe 130 chevaux, certainement l'une des meilleures voitures Américaines de son époque, un exemplaire magnifique comme je n'en avais encore jamais vu.

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Nov 10, 2015 2:01 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 16, 2009 1:23 pm
Message(s) : 24904
Prenom: Guillaume
Ma MCC: Mégane III CC Floride noir étoilé
Localisation: Fécamp
:shock: :shock: :shock: Superbe :plie: :plie: :plie:

_________________
ex mégane 2 CC exception noire, mégane 3 coupé dynamique blanc toit vitré
et mégane 3 CC dynamique blanc nacré
Image
mégane 3 CC Floride noir étoilé & mégane 4 Estate Intens bleu berlin


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Nov 10, 2015 2:04 pm 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59618
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Automedon...

"Alfa Romeo Spider GTV."

Image

Image

"Jaune et (très) jolie."

La vie d'Alfa Romeo a toujours été mouvementée, la marque aura eu ses hauts et ses bas, ses heures de gloire et ses périodes de crise qui semblaient parfois désespérées.
Dans les années 90, la marque n'est pas au mieux de sa forme, les années 80 ont laissées des traces et une sale réputation pour ces modèles moqués pour beaucoup à cause de bien des maux. Finition lamentable, tôle légère et sensible à la rouille, moteurs dits (souvent à tort) fragile et voitures plus performantes sur les remorques de camion plateau que sur route ouverte.
Le groupe Fiat essaye de faire oublier cette triste parenthèse avec une gamme nouvelle mais qui ne séduit guère les passionnés d'automobiles, les modèles sont fades et n'apportent pas le petit plus que l'on attend d'une véritable Alfa. Mais en 1994 la flamme semble renaître, un nouveau coupé et un cabriolet sont présentés au salon de Paris, elles se nomment GTV et Spider.
C'est un nom mythique qu'elle reprennent mais pas que ça. Ces nouvelles voitures de "niche" se distinguent avant tout par une plastique extraordinaire du au talent d'Enrico Fumia qui réalise pour Pininfarina cette petite merveille. C'est un coup de crayon magistral qui signe cette voiture, de face, le capot est percé par quatre orifices où sont logés les optiques. Le cœur de calandre étant toujours au centre de ce dernier, il s'étire en V sur toute la longueur du capot. Mais c'est de profil que la GTV et le Spider se démarquent par un trait biseauté partant du passage de roue avant pour mourir à la base de la lunette arrière, sur le cabriolet, il fait même le tour de la caisse, c'est remarquable. Enfin à l'arrière on découvre une poupe massive te haut perchée sur laquelle on trouve une rampe lumineuse rouge continue, là encore les deux modèles ne manquent pas d'identité.
En ouvrant la porte, on retrouve l'univers Alfa Romeo, c'est assez sportif et comparé aux modèles des années 80, nettement plus soigné. Les amateurs apprécieront la rangée de 3 compteurs ronds sur la console centrale donnant un cachet sportif à cette voiture qui en a tous les gènes. De plus l'équipement complet donne le sourire et le coupé offre deux petites places à l'arrière.
Plein d'entrain, il serait dommage de découvrir sous ce grand capot de tristes mécaniques, ouf, il n'en est rien. Pour le coupé GTV, on retrouve un bloc quatre cylindres 2.0 litres "Twin Spark" qui sort 150 chevaux et qui ouvre la gamme. Mais c'est surtout le magique V6 qui fait rêver les clients, on le trouve sous la versions 2.0 litres turbo de 205 chevaux, le Spider offrant en plus le "classique" V6 3.0 litres atmosphérique de 192 chevaux. En revanche, adieu la propulsion, la transmission se fait sur les roues avant, cela se généralisera dans les années 2000 au plus grand dam de tous les "Alfistes". Mais bon, même BMW y arrive et propose même désormais des blocs 3 cylindres, tout fout l'camp mon ami...
En 1998, c'est le V6 "Busso" qui s'invite sous le moteur de la GTV, ce bloc 3.0 litres à 24 soupapes affiche 220 chevaux et une musicalité de rêve, accouplé à une excellente boite à 6 rapports, il offre en bonus un look inimitable quand on ouvre l'écrin de son capot. Avec ses six tubulures d'échappement chromées, c'est sans doute la plus belle mécanique au monde à cette époque.
La gamme va ensuite légèrement évoluer, on trouve dès 1998 un nouveau "petit" quatre cylindres 1.8 en entrée de gamme, il affiche 144 chevaux tandis que le 2.0 litres passe à 155. On notera également une légère mise au point esthétique avec une calandre ornée de chrome et des plastiques noirs désormais peints couleur caisse pour la jupe avant et les bas de caisse, bonne initiative. Idem à l'intérieur où une nouvelle planche de bord bien plus soignée accompagne ce modèle phare. Le plus visible sera l'arrivée de trois buses d'aérations rondes faisant le pendant avec les compteurs placés juste en dessous, bien vu.
C'est en 2003 que la gamme est fortement retouchée, le design est dépoussiéré de manière convaincante, ce qui est loin d'être simple sur des voitures au look si marqué, Peugeot se "loupera" avec sa 406 coupé dont le relooking était à mon avis une terrible bourde stylistique. Les deux modèles ont désormais un nouveau capot incluant une calandre agrandie et débordant avec délectation sur un bouclier lui aussi tout neuf. Cette mise en avant de la marque s'accompagne d'un sursaut qui s'est amorcé avec l'arrivée de modèles qui feront sensation comme la 156 et la 147. Alfa a retrouvé ses fans et de nouveaux clients grâce à un mise en avant de ses modèles prouvant une fois de plus que la beauté fait vendre.
Les moteurs sont revus une dernière fois, c'est 240 chevaux qu'offre le V6 3.2 litres et 165 pour le nouveau 4 cylindres 2.0 litres "JTS" à injection directe.
En 2005 les deux beautés prennent discrètement leur retraite et c'est environ 90.000 exemplaires qui seront vendus. Devenues rapidement de véritables "collectors", ces Alfa GTV et Spider sont désormais recherchées par bien des amateurs et vu leur style remarquable et leurs moteurs plein de vie, on comprend l'enthousiasme qu'elles soulèvent.
Ce Spider d'après 1998 à la teinte extraordinaire et à l'état proche du neuf m'a accroché la rétine, un prix de beauté dans son plus bel habit était pour moi l'une des plus belles automobiles des années 90, un futur grand classique qui à mon avis va voir ses prix s'enflammer d'ici quelques années, à bon entendeur...

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Nov 10, 2015 2:05 pm 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59618
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
megcc53 a écrit :
bubu a écrit :
A Fort Lauderdale...

"Packard Model "1707" Victoria Convertible."

Image

Image



Image

Image

Elle est sublime, et le moteur doit être une sacré belle pièce d’orfèvrerie :plie: :plie: :plie: :bave: :bave: :bave:

On peut ne pas apprécier les voitures de cette époque mais là il faut avouer que cette Packard est un chef d’œuvre!


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Nov 10, 2015 2:06 pm 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59618
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
guigui276 a écrit :
:shock: :shock: :shock: Superbe :plie: :plie: :plie:

Je vous ai déjà présenté quelques "woodie" mais celle-ci est l'une des plus jolie de toutes je trouve.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 6214 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 415  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : clioman et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.