Meganecc.net

Le coin des passionnés
Nous sommes actuellement le Mar Avr 13, 2021 11:28 am

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2503 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88 ... 167  Suivant
Auteur Message
Message Publié : Ven Jan 03, 2020 5:57 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Turin...

"Iso Rivolta Vision Gran Turismo Concept."

Image

Image

Image

Image

Image

"Vision furtive."

Je vous le disais il y a peu encore, les marques ne meurent jamais. La société Italienne Iso est fondée en 1939, elle ne commercialise pour le moment que de l'électroménager, des chauffe-eau, des Tramways et des motos ainsi que des triporteurs dès 1948. C'est en 1953 que la marque se lance dans l'automobile sous la marque Iso Rivolta et présentera son premier modèle en 1955, la fameuse Isetta, un modèle aux antipodes de ce proposera ensuite la marque.
Cette suite, ce sont des GT haute performances comparables à ce que fait Lamborghini voir Ferrari. Mais avec des moyens plus limités, Iso doit emprunter ses moteurs à la grande série. Les Blocs V8 Américains sont idéaux et c'est l'astuce qu'utilisera De Tomaso...et Facel Vega!
Ce que l'on sais moins, c'est que Iso aura aussi inscrit ses voitures dans des courses automobiles, parmi elles, les 24 heures du Mans en 1964 et 1965. On verra aussi Iso aux 12 heures de Sebring et aux 1000 kilomètres du Nürburgring.
On l'a vu, Renzo Rivolta essaye depuis le début des années 60 de s'imposer dans le monde de l'automobile de prestige et plus exactement celui des GT d'exception. Mais la place est chère, ses rivales ont déjà une image forte et vendent à travers le monde un certain nombre de modèles. De Tomaso est l'outsider mais avec ses moteurs Américains, il ne peut prétendre au même prestige mais grâce à une politique tarifaire plus concurrentielle, il se débrouille pas mal.
Pour Iso Rivolta, c'est plus compliqué, si ses modèles sont plus luxueux que ceux vendus par De Tomaso , ils sont aussi bien plus chers. C'est d'ailleurs grâce à cela que la firme Argentine trouve l'équilibre. Malgré une série de très jolis modèles et une gamme proposant même des berlines, la marque est victime de la crise énergétique tandis que les normes de plus en plus sévères côté Américain verrouillent son accès outre Atlantique. En 1974 c'est la liquidation, Iso Rivoltat cesse toute activité automobile.
Mais un nom ne disparaît jamais, ainsi en 2017 un communiqué de presse annonce le retour de la marque Italienne par le biais du fameux jeu vidéo "Gran Turismo". C'est fou comme cette licence à engendré de nombreux concepts cars de la part d'un certain nombre de constructeurs. En réalité, cette collaboration est avantageuse pour les deux parties. La société qui commercialise le jeu fait parler d'elle tout comme le constructeur qui dessine et modélise la voiture futuriste. C'est au salon de Tokyo que la voiture est exposée.
Ici c'est la carrosserie Zagato qui a été missionnée pour dessiner les lignes de ce coupé ultra sportif au look d'avion furtif. Fort ouvragé, le dessin aurait séduit le héro de Gotham City, la Vision Gran Turismo est une véritable monture idéale pour Batman. Son nez pointu fait penser à celui des Ferrari mais l'appendice sur le capot est un hommage à la célèbre Grifo. Les entrées d'air géométriques sont futuristes mais assez réalistes, à l'ère des hypercars, ce type de modèles réussi maintenant à se faire homologuer pour la route. Les ailes bien dégagées musclent la voiture et le travail sur les flux d'air se concrétise avec ces flancs creusés qui laissent passer le vent entre les portes et les ailes arrières. La poupe très stylisée se montre fluide et assez élégante, dommage que cette teinte mat vulgarise ce travail de qualité qui aurait mérité à mon sens une laque plus sexy.
N'espérez rien voir à bord car la Vision Gran Turismo n'est qu'une maquette. D'ailleurs le moteur est lui aussi virtuel et ce bloc V8 Chevrolet 6.2 litres de 1010 chevaux ne pourra animer la voiture...qu'à travers l'écran de votre télévision, sur le jeu Playstation! La voir un jour dans nos rues semble utopique mais il est toujours sympathique de redonner vie à ces marques oubliées e au riche patrimoine. Il arrive parfois que le rêve se réalise comme on l'a vu avec Bugatti mais ces exceptions restent bien rares.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 03, 2020 1:04 pm 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Oct 24, 2007 10:58 pm
Message(s) : 21075
Prenom: Wilfried
Ma MCC: Golf Cab 1,4L 122cv
Localisation: Noisy le grand
je l'a trouve sympa

_________________
La gallerie de ma Golf Cab
Le blog de bubu


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 03, 2020 4:48 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 16, 2009 1:23 pm
Message(s) : 24882
Prenom: Guillaume
Ma MCC: Mégane III CC Floride noir étoilé
Localisation: Fécamp
ferrari a écrit :
je l'a trouve sympa

Pareil, une belle réussite stylistique :bubu

_________________
ex mégane 2 CC exception noire, mégane 3 coupé dynamique blanc toit vitré
et mégane 3 CC dynamique blanc nacré
Image
mégane 3 CC Floride noir étoilé & mégane 4 Estate Intens bleu berlin


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 03, 2020 6:39 pm 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
ferrari a écrit :
je l'a trouve sympa

Remarque avec un logo Ferrari ça passe crème! :bubu


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 03, 2020 6:56 pm 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Oct 24, 2007 10:58 pm
Message(s) : 21075
Prenom: Wilfried
Ma MCC: Golf Cab 1,4L 122cv
Localisation: Noisy le grand
bubu a écrit :
ferrari a écrit :
je l'a trouve sympa

Remarque avec un logo Ferrari ça passe crème! :bubu

je me suis fais la meme remarque :caresse:

_________________
La gallerie de ma Golf Cab
Le blog de bubu


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 03, 2020 9:33 pm 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Automedon...

"Delage D6-11 Berline."

Image

Image

"S'imposer par nature."

Delage est l'une des plus grande marque de l'automobile Française et qui a fait sa réputation grâce à des voitures de haut standing. Apparue en 1905, Delage fera très souvent appel à de multiples carrossiers pour habiller ses châssis et servir une clientèle qui ne comptait pas pour s'offrir souvent une auto parfois unique.
Mais à partir de 1929, Delage va nourrir de grandes ambitions et voir trop gros en voulant brouter l'herbe sous le pied des plus grandes marques de prestige comme Hispano Suiza par exemple. Ses modèles "D8" à moteur huit cylindres devenant le porte étendard de la marque seront commercialisés lors de la crise de 1929 et se vendront mal, il faudra revoir ses ambitions à la baisse et vendre des modèles moins onéreux comme la "D6" à moteur six cylindres.
En 1935 une fusion avec Delahaye est opérée, Delage commercialise alors une gamme de modèles proposant des moteurs à 4, 6 et 8 cylindres, une large palette qui comme auparavant seront carrossables chez les plus grands noms de l'artisanat Parisien à des prix souvent dantesques.
Ces fantaisies avaient un coût et la deuxième guerre mondiale lui sera fatale tout comme l'arrivée de la standardisation dans les années 50, Delage met donc la clé sous la porte en 1953 à l'image de nombre de marques artisanales de prestige, la fin d'un époque.
La "D6" sera donc produite entre 1930 et 1950, sa production étant stoppée entre 1940 et 1946. Ces modèles reçurent un immense nombre de carrosseries différentes, on pourrait même dire que chaque "D6" est unique car réalisées à la carte.
Cette berline "D6" affiche par ses proportions et son allure l'emprunte des voitures haut de gamme de la fin des années 20. Le style archi classique de cette "caisse carrée" était d'usage à ce moment, une Rolls Royce contemporaine proposait le même type de silhouette par exemple. On priorisait l'espace intérieur, le silence de fonctionnent et le moelleux des sièges. La "D6" imposait ces qualités mais de manière non ostentatoire pour ses modèles "usine". Bourgeoise mais confectionnée avec soin, la "D6" n'avait nulle besoin d'artifices pour mettre en avant son propriétaire généralement issu de la haute caste sociale.
Impossible hélas de vous en dire plus sur ce modèle sans explications ni affichage ici exposé dans ce hall du parc des expositions du Bourget.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 03, 2020 9:42 pm 
Hors-ligne
cheveux au vent
cheveux au vent
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Sep 08, 2011 3:08 pm
Message(s) : 406
Prenom: Bernard
Ma MCC: Exception 2007 (1.6l ess)
Localisation: Amneville les Thermes 57
Dommage de dénaturer ces modèles avec de la pub.......et pas la meilleur!


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 03, 2020 10:11 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 16, 2009 1:23 pm
Message(s) : 24882
Prenom: Guillaume
Ma MCC: Mégane III CC Floride noir étoilé
Localisation: Fécamp
Deauville CC Grenat a écrit :
Dommage de dénaturer ces modèles avec de la pub.......et pas la meilleur!

Je pense qu'il s'agissait du stand de l'assureur, comme on en trouve sur tous les salons maintenant :roll:

_________________
ex mégane 2 CC exception noire, mégane 3 coupé dynamique blanc toit vitré
et mégane 3 CC dynamique blanc nacré
Image
mégane 3 CC Floride noir étoilé & mégane 4 Estate Intens bleu berlin


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Jan 04, 2020 11:48 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
Oui, je pense aussi que c'était la voiture du responsable d'un centre de CT. Mais c'est vrai que je m'en serais bien passé et aurait préféré un panneau explicatif du modèle exposé.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Jan 04, 2020 11:51 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Turin...

Dans cette salle, des châssis nus et des pièces mécaniques.

Image

Intéressant car je vous parle souvent de châssis nus vendus à l'époque par les constructeurs. Voilà comment étaient livrés ces pièces au client. Ensuite il faisait transporter cet ensemble qu'un autre carrossier habillait suivant les demandes de son client.

Image

Un des symboles de l'industrie automobile Italienne, la Fiat 500.

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Jan 04, 2020 12:14 pm 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Turin...

"Fiat 509A."

Image

Image

Image

"Vers le front populaire."

En 1899, Fiat voit le jour à Turin, la plus populaire des marques Italienne naît et n'est pas prête de s'éteindre. Les premiers modèles sont de grands véhicules, Fiat n'est pas encore le spécialiste des petites automobiles populaires qu'il deviendra ensuite.
La marque connaît une ascension fulgurante, une usine gigantesque voit le jour en 1923, le "Lingotto", c'est la plus grande d'Europe, signe que Fiat est devenu l'un des acteurs majeur du monde de l'automobile.
C'est dans cette immense usine qu'est lancé la fabrication de la 509 en 1925, un modèle révolutionnaire car bon marché et de petite cylindrée. C'est un moteur 990 Cc qui l'équipe dans une carrosserie 2 portes de taille compacte. Elle inaugure aussi les premières voitures à crédit via un organisme du groupe, la "SAVA". Grâce à cela, la 509 devient la voiture la plus vendue en Italie.
En 1926, la 509 A améliore l'espèce, mécanique légèrement revue mais surtout une gamme bien plus riche qui comporte une berline 4 portes, un torpédo, un cabriolet, un coupé et un spider ainsi qu'une commerciale.
Produite jusqu'en 1929, la 509 se vendra à 94.514 exemplaires, un succès énorme, le premier d'une longue série pour Fiat. Notez que c'est la voiture que choisira de le dessinateur Franquin pour doter son nouveau personnage, Gaston Lagaffe.
Le style est là encore des plus classique, une allure de "caisse carrée" comme il est de coutume à l'époque. Le fond avant la forme car la cellule centrale permet à 4 occupants d'y être à l'aise sans jamais avoir se contorsionner pour grimper à bord et étaler à sa guise ses jambes. Il est vrai que si l'on ne retient que ça de ces automobiles, on a bien régressé depuis! Mais c'est aussi pour notre sécurité et tout le reste, performances et économies entre autre. Car sur ces voitures on se déplace confortablement...bien que l'amortissement rudimentaire faisait copieusement sautiller les passagers mais pour le reste, oubliez tous vos repères. Commandes sans la moindre assistance, mécanique bien présente et demandant une maintenance continue, performances limitées et consommation bien supérieure à nos voitures contemporaines. Bref, si nous semblons étriqués dans actuelles automobiles comparés à ces modèles, que de progrès parcourus! Mais la Fiat 509 était dans la moyenne, ni meilleure ni pire que ce que les généralistes proposaient dans la même gamme tarifaire.
Ce modèle de 1929 est recouvert d'un habillage en simili de sa carrosserie, c'était très à la mode à l'époque. La finition intérieure étonne aussi par le soin qui y a été apporté, tout est recouvert de tissu et de garnitures décoratives, un store a même été installe sur la lunette arrière. Cette Fiat est entrée au sein de cette collection en 1956 et n'a pas changée de mains depuis.

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Jan 04, 2020 3:33 pm 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Automedon...

"Citroën C-Metisse Concept."

Image

Image

Image

"Divine déesse."

Avec des finances assainies et une confiance retrouvée, Citroën déboule dans les années 2000 comme il n'aurait jamais osé l'imaginé en rêve 20 ans plus tôt. Un fabuleux retour fait d'une gamme élargie et qui plaît, le tout dopé par une équipe dynamique décidée à rentre tout son lustre à une marque légendaire.
S'il n'est plus question de relancer des modèles trop audacieux, le désir doit passer par des concepts affriolants qui suscitent l'intérêt et captent la lumière sur eux. L'heure n'est plus aux innovations sans emballage, un concept doit aussi être hautement désirable.
En 2006 on expose au salon de Paris une berline de toute beauté arborant une livrée rouge métallisée des plus sensuelle, elle se nomme C-Métisse. La priorité à été donnée au dynamisme car sa ligne évoque celle d'un félin prêt à bondir sur sa proie. Mesurant 4.74 mètres de long, la C-Métisse impose une méchante identité avec cet avant qui semble large, une astuce liée à des entrées d'air importantes disposées aux coins des boucliers. Le capot creusé au centre offre deux bossages au niveau des ailes, le tout est accentué avec de généreux passages de roues. La calandre est bien mise en avant et les chevrons s'étirent pour forme deux traits, un détail qui sera repris de série quelques années plus tard.
Mais les stylistes ont réussi à dessiner une silhouette comme je n'en avais pas vu depuis longtemps, celle d'une auto qui donne enfin à l'arrêt le sentiment d'accélérer, celui de vitesse. Car la mode est au contraire, aujourd'hui on dessine des voitures qui freinent! Regardez bien le paysage automobile d'aujourd'hui, des poupes relevées et des museaux au ras du bitume, une ligne de caisse qui s'incline vers l'avant, c'est devenu la norme...et pour moi contre nature! Dans le passé Citroën aura offert des DS et SM qui elles aussi semblaient dévorer la route et non la renifler...
J'avais oublié ce concept et c'est une aubaine de le redécouvrir plus tard car il vaut le détour. Les grandes roues de 20 pouces au dessin très réaliste remplissent bien les arches. Cette haute proue se poursuit sur un pare-brise très incliné accentuant son dynamisme, c'est là que la voiture dégage le plus de style à mon sens. Le pavillon descends et la forme des vitres qui s'amincissent vers l'arrière et soulignée d'un jonc d'inox est une petite merveille. Les ailes arrières fortement gonflées retrouvent un écho dans la forme des fenêtres qui suivent la même courbe, que c'est beau! Et puis cette teinte la rends vivante, organique. Les flancs restent épurés, inutile de trop en faire, cette robe moulante est superbement portée par un physique de déesse (tiens!), inutile de mettre d'inutiles plis dessus. Seul une baguette travaillée argentée est posée en partie basse et porte le nom de la créature.
Parfois les designers donnent tout sur une partie d'un modèle et oublient de les achever, là ce n'est pas le cas car l'arrière vaut le coup d’œil. La lunette incurvée et cintrée est tout simplement à couper le souffle. Le couvercle de coffre se niche au centre et là c'est la future C6 qui héritera en série de ce morceau d'anthologie. La poupe reste mastoc quand même, gonflée, elle intègre avec subtilité et discrétion les optiques qui semblent jouer avec les contours de l'auto. Des extracteurs d'air ont été creusés de part et d'autre sans doute pour rappeler l'avant mais surtout faire "dégonfler" légèrement l'ensemble. Les canules d'échappement sont quand à elles intégrées dans la partie basse du bouclier.
Belle, agressive, la C-Métisse reste toutefois fort réaliste, on pourrait lui mettre des plaques d'immatriculation et la laisser sur nos routes, quelle chance nous aurions de croiser une si belle auto, Française de surcroît.
L'accès se fait via de spectaculaires portières à élytre antagonistes, là pour le coup plus de mystères, on ne verra sans doute jamais ceci en série sur une auto de marque généraliste. C'est aussi à bord que la C-Métisse nous plonge dans un autre univers, bien plus surréaliste que l'extérieur. Ici chaque pièce, chaque objet pourrait figurer dans une exposition d'art contemporain. mais le plus spectaculaire est le tunnel central fait de tiges métalliques verticales chromées entourant une console arrondie, c'est absolument magnifique, quel travail, quel style! On pourrait passer des heures à contempler chaque détail, chaque accessoire comme ces appui-têtes fixées au pavillon où le rétroviseur intérieur, il y a tant de choses à contempler dans la C-Métisse. Quatre places sont aménagées, toutes indépendantes, une fois les portes refermées, on a plus qu'une envie, partir en voyage.
Car elle roule la C-Métisse, elle s'offre un bloc V6 HDi 2.7 litres mais surtout une hybridation faite de moteurs électriques indépendants logés dans les roues arrières. Le moteur thermique sort 208 chevaux, on y rajoute 20 chevaux sur chaque roue arrière. Capable d'atteindre les 250 Km/h, elle dispose de belles accélérations, 6.2 secondes au 0 à 100 et 25.4 secondes pour le kilomètre départ arrêté. Evidemment avec un tel bagage technologique, les consommations sont maîtrisées, on évoque 6.5 litres au 100 en moyenne.
Dire que cette superbe étude à déjà 13 ans derrière elle, incroyable, elle n'a pas pris la moindre ride! Et si elle ne verra jamais le jour, elle prouve qu'il sera toujours possible de dessiner de belles automobiles et qu'il ne faut pas sans cesse se lamenter en regardant toujours dans le rétroviseur, aussi beau soit il que celui de cette C-Métisse.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Jan 04, 2020 7:59 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 16, 2009 1:23 pm
Message(s) : 24882
Prenom: Guillaume
Ma MCC: Mégane III CC Floride noir étoilé
Localisation: Fécamp
Sympa l'habillage de la Fiat :bubu

J'aime beaucoup la C-Metisse et puis cette teinte lui va si bien (elle était déjà présente à Rétromobile :wink: )

_________________
ex mégane 2 CC exception noire, mégane 3 coupé dynamique blanc toit vitré
et mégane 3 CC dynamique blanc nacré
Image
mégane 3 CC Floride noir étoilé & mégane 4 Estate Intens bleu berlin


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Jan 04, 2020 8:32 pm 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
guigui276 a écrit :

J'aime beaucoup la C-Metisse et puis cette teinte lui va si bien (elle était déjà présente à Rétromobile :wink: )

Exact, on l'avais vue à Retromobile. :bubu


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Jan 04, 2020 9:16 pm 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Turin...

"Fiat 500A Barchetta Bertone."

Image

Image

Image

"Berlingot de compet'."

Lancée en 1936, la Fiat 500 prends le surnom de "Topolino". C'est Mussolini qui, comme Hitler, voulait "offrir" au peuple Italien l'accession à l'automobile. La petite auto est alors conçue sous la direction de Giovanni Agnelli et devient l'accès à la gamme Fiat en étant meilleur marché que la 509.
Ainsi la nouvelle venue est plus compacte que la Volkswagen, elle est aussi plus modeste, pourtant elle n'en est pas moins futée. Dans un peu plus de 3,20 mètres, la Fiat 500 "Topolino" réussi à faire entrer deux occupants et leur bagages. La ligne rondouillarde est amusante, l'auto est loin d'être ridicule car ses proportions sont cohérentes et harmonieuses et sa grande calandre affirme un certain statut. Et bien que vouée à être vendue bon marché elle ne fait pas "cheap" pour autant et soigne sa présentation sobre mais de bon ton. Nous sommes loin du minimum roulant que pouvaient l'être plus tard les microcars d'après guerre.
La mécanique est constitué d'un petit 4 cylindres 567 Cc de 13 chevaux qui est logé à l'avant et l'accès au coffre se fait par l'habitacle. L'absence d'ouvrant à l'arrière limite les coûts.
Elle devait être vendue initialement 5000 lires, soit le salaire annuel d'un ouvrier, ce qui en faisait la voiture la moins chère du marché. Mais la réalité fera qu'au final elle sera affichée à 8900 lires. Son succès est immense si bien que la toute nouvelle marque Française fondée par Henri Théodore Pigozzi, Simca, l'utilisera rebadgée sous le nom de Simca 5. Notez que "Topolino" n'est pas son nom officiel, ce surnom signifie "petite souris" dans la langue de Dante. Non, pas "Al Dente" mais Alighieri, l'écrivain voyons!
Sa commercialisation est rapidement interrompue par la guerre mais reprend dès les arme posées, en 1948. Devenue 500B, son look évolue très peu et seul son moteur a été modifié pour sortir 16,5 chevaux. On trouve désormais une fourgonnette au catalogue, c'est l'utilitaire le plus abordable du marché et qui avec sa taille de guêpe se faufile partout.
Cette version dite "B" est remplacée par la version "C" en 1949, maintenant c'est toute la face avant qui est métamorphosée. Fini le minois tout en rondeurs des premiers modèles si daté, désormais les phares sont encastrés et la calandre devient rectangulaire. Ce nouveau faciès lui offre une seconde jeunesse. L'équipement progresse et en France elle prend le nom de Simca 6.
Cette série sera l'ultime avant l'arrivée en 1954 d'une autre 500 bien plus connue la "Nueva" 500 qui va entrer dans la légende avec son look que tout le monde reconnait à travers la planète.
Vendue à plus d'un demi million d'exemplaire, elle restera un joli succès pour Fiat qui avec ce modèle impose de nouveaux standards dans cette catégorie des petites automobiles, il en deviendra par la suite l'un des spécialistes les plus reconnus au monde!
Mais revenons en arrière, nous sommes en 1936 et le jeune carrossier Nuccio Bertone fait l'acquisition d'une Fiat 500A, son idée, transformer la petite voiture en barquette de course. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il va prendre son temps car la voiture sera achevée...en 1947! C'est vrai qu'entre temps la guerre à mis bien des projets entre parenthèses.
Mais la petite voiture de course à fière allure et qui peut prétendre reconnaître la base après un travail de carrosserie considérable? La barquette de Bertone à un look d'enfer, basse, racée, profilée, elle intègre déjà la ligne "ponton" dans cette caisse monovolume. Le galbe sensuel des ailes, la calandre en forme de bouche, les évacuations d'air, le petit saute vent et les portes échancrées lui donne un style particulièrement réussi, ce qui avec de si petites dimensions n'est pas un exercice facile.
Le poste de pilotage est épuré au maximum, aucune garniture, juste deux sièges, un levier de vitesse, le volant et quelques manomètres ainsi que la batterie logée aux pieds du passager.
La mécanique reste le petit 567 Cc de...13 chevaux mais avec une aérodynamique aussi travaillée, elle pouvait atteindre les 130 Km/h. Bertone n'hésitera pas à s'en servir pour courir à son volant avant de se consacrer à sa société de design automobile.
Le berlingot de course existe toujours et est exposé ici, dans ce très sympathique musée de Turin.

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2503 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 82, 83, 84, 85, 86, 87, 88 ... 167  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.