Meganecc.net

Le coin des passionnés
Nous sommes actuellement le Dim Fév 28, 2021 2:20 pm

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2455 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 84, 85, 86, 87, 88, 89, 90 ... 164  Suivant
Auteur Message
Message Publié : Mer Jan 08, 2020 5:08 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59426
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Automedon...

Les amateurs de Citroën avaient de quoi se faire plaisir. Ce centenaire a été fêté dignement!

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Jan 08, 2020 6:13 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59426
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Automedon...

"Ford Capri MKI 1700 GT XLR."

Image

"La Mustang Européenne."

L'Europe des années 60 regarde avec envie les coupés Américains aux lignes agressives et aux V8 rugissants de plaisir. Mais elles sont bien chers en arrivant chez nous, frais de transports, taxes et surtout un appétit en carburant qui faisait réfléchir. Sur le vieux continent, les généralistes songent à proposer leur offre faite de modèles conçus sur des bases connues et éprouvées. Des coupés plus petits adaptés à nos conditions et à nos routes.
Ford qui commercialise sa Mustang aux USA avec un succès considérable depuis 1964 est l'un des premiers à vouloir proposer une alternative. Elle voit le jour en 1969 sous la forme de la Capri.
Ford reprends la même recette mais à un format plus raisonnable, elle mesure 4.26 mètres de long. C'est un coupé au look affirmé que l'on peut choisir avec son moteur et son niveau de finition, le tout à un tarif très accessible en entrée de gamme. Evidemment la voiture est plus petite et surtout propose des mécaniques bien plus modestes, oubliez de suite le V8!
Ce sont les filiales Anglaise et Allemande qui vont se concerter pour en assurer la conception et la commercialisation. Le tout est observé par la maison mère aux USA.
La base utilisée sera celle de la Cortina Britannique mais sa ligne est entièrement nouvelle, le public la découvre au salon de Bruxelles 1969. Les stylistes ont réussi leur coup, la Capri à résolument un look d'enfer. Un capot très long laisse augurer des mécaniques nerveuses, ses phares rectangulaires sont d('aspect moderne et le pare-brise incliné accentue sa sportivité. Le profil très ouvragé est aussi très à son avantage, on trouve une superbe poupe "fastback" sublimé par un très beau panneau de custode et des vitres arrières arrondies soulignant le joli dessin du cockpit. une moulure sur les flancs part de l'aile avant pour retomber derrière les roues arrières, une très belle figure de style. Dernier détail amusant, les fausses prises d'air devant les roues arrières, elles n'ont aucune utilité...mais sont indispensables!
Le panneau de carrosserie arrière coupé net est ceinturé par un jonc de chrome et s'équipe de deux feux rectangulaires. Le coffre ne dispose pas de hayon et la lunette est légèrement rentrée dans la carrosserie.
A bord c'est presque l'opulence...si l'on choisit une version haut de gamme. La présentation en met plein la vue avec une planche de bord joliment présentée, une belle console centrale et des équipements riches mais qui ne vont pas jusqu'à offrir des gadgets électriques comme sur les voitures d'outre Atlantique.
Les Capri sont fabriquées en Allemagne et en Angleterre, chacune proposent des moteurs différents. Mais il y a Capri...et Capri. Car si la version de base est proposée à un tarif canon, elle vous en donne pour votre argent, c'est à dire pas grand chose! A part la ligne qui reste inchangée, elle ne propose qu'un équipement réduit et une présentation bien terne. Quand aux moteurs, il faudra se contenter de blocs 1.3 litres d'une cinquantaine de chevaux. Non, pour s'offrir une Capri qui en mette plein la vue il faut casser un peu sa tirelire et s'offrir les versions haut de gamme comme cette "XLR" qui n'oublie rien pour valoriser son propriétaire. Jantes en tôle "Rostyle", chromes généreux, toit en vinyle et teintes vives, c'est ça l'esprit des coupés des années 70. A bord là encore ça sent le "populuxe" à plein nez, skaï à tous les étages, boiseries en toc et un équipement fourni qui met à l'aise le conducteur. Un conducteur heureux s'il opte comme ici pour un bloc 1.7 litres de 75 chevaux où le V6 2.3 litres de 108 chevaux, la Capri devient ainsi presque une petite Mustang.
Mais le nec plus ultra sera la 2600 RS de 150 chevaux mise sur le marché en 1970, un collector très recherché de nos jours.
Relookée en 1972, elle s'offre des phares plus larges tandis que les clignotants migrent sous le pare-choc. Le capot quand à lui reçoit un bossage plus viril et les feux arrières ont vu leur taille s’accroître. On note l'arrivée d'un bloc 3.0 litres V6 de 138 chevaux ainsi qu'une refonte des moteurs et une mise à jour des trains roulants.
En 1974 la MKII lui succède mais son look un peu trop sage lui fait perdre un peu de sa personnalité. La MKI aura séduit 1.2 million d'acheteurs et lancera une mode en Europe. Elle croisera le fer avec l'Opel Manta, la Matra Bagheera, la Fiat X1/9, La Renault 15 et 17 où encore la Toyota Celica par exemple car l'offre était très nombreuse.
Voiture à grande diffusion, elle est aujourd'hui un modèle qui finalement à conservé sa force initiale, un très grand pouvoir de séduction. Ce sublime modèle à la teinte orangée de toute première génération était une 1700 GT XLR disposant d'un bloc V4 de 75 chevaux. Elle s'offre une boite à 4 vitesses, un carburateur simple corps qui lui offre une vitesse de pointe de 152 Km/h et un peu moins de 40 secondes au kilomètre départ arrêté, ce qui reste assez modeste. Bravo à son propriétaire pour cette superbe restauration et choix de cette couleur remarquable dans tous les sens du terme.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Jan 08, 2020 7:05 pm 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59426
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Turin...

Ils se sont beaucoup amusés avec la Fiat 500 ici, et paf le mur!

Image

Image

Et bim, le crash test!

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Jan 08, 2020 7:34 pm 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59426
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
On poursuit dans un autre couloir qui nous dirige vers un monument du design automobile.

Image

"Alfa Romeo Disco Volante."

Image

Image

Image

"Disco Italien."

Chez Alfa Romeo, il y aura un avant et un après guerre. Marque prestigieuse jadis, elle doit remettre à plat sa ligne directrice pour survivre à un monde en pleine mutation et une clientèle Européenne qui s'est fait rare. Voilà que la gamme se généralise mais à fait le bon choix de conserver son ADN et cete sportivité qui coule dans ses durits depuis toujours.
En 1951, c'est de la Formule 1 qu'Alfa Romeo se retire, toutefois l'équipe des ingénieurs n'est pas dissoute et va plancher sur des modèles expérimentaux. Et autant le dire tout de suite, ils ne perdront pas de temps!
En 1952 est déjà crée la Tipo "C52", dite aussi "Disco Volante". Basée sur la toute récente "1900" sortie en 1950 et qui sera la première nouveauté d'après guerre, son dessin sera confié à Touring. Le carrossier ne vas pas y aller de main morte et accouchera d'une voiture au style incroyable, un petit coup de génie même.
Reposant sur un innovant châssis tubulaire, la Disco Volante est une épure, une masse sculptée presque flottante et aérienne sur laquelle on a disposé quatre roues. Si la ligne pourrait sembler simpliste, il n'en est absolument rien, sorte de demi-coque, elle se perce d'un cockpit creusé en son centre dont seul le mince pare-brise sans encadrement vient à peine perturber l'harmonie. La présence de roues "oblige" la Disco Volante à sublimement galber ses ailes. A l'avant elles abritent en leur bout deux phares ronds. La calandre en inox et deux superbes entrées d'air suivent le coup de crayon sans jamais dénaturer ses courbes d'une sensualité rare. A l'arrière, la poupe se cintre pour former deux petits fuselages sur lesquels s'achèvent de minuscules feux ronds. Sur les flancs ont été incorporés avec discrétion des portières quasiment inclinées à 45°. Un fin trait chromé parfaitement horizontal trace une ligne qui pourrait être celle de flottaison d'un bateau. Deux bossages à l'arrière des sièges apportent la touche final à cette sculpture métallique d'une extraordinaire harmonie, on reconnaît les grands carrossiers à ce type de chefs d’œuvres. Je trouve même que sous certains angles, on retrouve des traits repris sur la Jaguar XKSS, regardez bien.
A bord c'est le strict minimum, le poste de pilotage de cette soucoupe sur roues se contente de deux sièges (pour une fois épais), d'un volant, d'une planche de bord en tôle peinte et de menus instruments.
Le moteur est celui de la 1900, un 4 cylindres revu à 1997 Cc et affichant 185 chevaux. Pesant 735 kilos, ses performances sont aussi époustouflantes que sa ligne, elle peut atteindre les 225 Km/h.
La Disco Volante n'était pas là que pour de la figuration car il est décidé de l'engager aux 24 Heures du Mans 1953, Juan Manuel Fangio fait partit du casting. Engagée, elle ne disputera finalement jamais l'épreuve. Alfa Romeo en fera construire une seconde et même un coupé au style bien plus discutable.
Trois modèles au dessin différent seront fabriqués, un était un coupé fermé et l'autre avait les ailes "lissées" pour qu'elle soit testée en soufflerie.
Deux autres modèles voient le jour en 1953 s'équipent cette fois d'un moteur 6 cylindres en ligne provenant de la 6C 3000, c'est ce modèle qui est ici exposé. Avec la bagatelle de 246 chevaux, elle pouvait grimper jusqu'à 240 Km/h.
Malgré de multiples demandes, Alfa Romeo n'ira pas jusqu'à sa commercialisation, elle frustrera de richissimes clients ne pouvant pas s'offrir cet incroyable objet si désirable mais quelques belle répliques verront le jour dans les années 80. Ici pas de copie mais une authentique pièce d'origine et un véritable monument du design automobile.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Jan 09, 2020 10:31 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59426
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Automedon...

"Mercedes 280 SL (R107)."

Image

Image

Image

Image

"L'étoile du show bizz."

Les portes papillon de la 300 SL de 1954 feront briller à nouveau l'étoile au firmament des marques automobiles de prestige. Pourtant après guerre, il fallait tout reconstruire pour Mercedes, marque associée au Führer qui adorait ces étoiles roulantes. Mais en quelques années tout sera oublié, Max Hoffman, l'influent importateur Américain y sera pour beaucoup dans la réalisation de cette voiture. Grâce à sa pugnacité, il va faire aboutir le projet "SL" qui va rencontrer un succès foudroyant pour une automobile si coûteuse, les Américains en seront fous et les amateurs d'automobiles du monde entier rêveront de prendre place à bord et de mettre en route le fantastique six cylindres en ligne à injection directe de 215 chevaux.
Une version cabriolet moins spectaculaire fera le bonheur de fortunés clients Californiens, désormais Mercedes ne pourra plus se passer de cette version à son catalogue.
En 1963 une version beaucoup plus classique la remplace, dessinée par le Français Paul Bracq, ce modèle dit "Pagode" se caractérise par son hard top aux fins montants assimilés à une pagode Asiatique. Disponible uniquement en cabriolet, elle était moins sportive, plus bourgeoise et davantage dédiée aux dames. Plus abordable, mais pas donnée non plus, elle se vendra en bien plus grand nombre, même Elvis en achètera même une à son épouse.
Elle cède en 1971 sa place à une toute nouvelle génération, la "R107" pour les plus fins amateurs. Là encore le style évolue largement pour changer de décennie, les phares avants étirés sont collés à la large calandre à l'immense logo étoilé, les clignotants débordants orange striés dans le but de ne pas se salir font aussi leur apparition. Ces striures, on les retrouve sur les flancs sous forme de multiples traits marqués dans la partie basse de la carrosserie. Ce profil est léger, bas, cette nouvelle "SL" semble fine et fluette, moi en tout cas je savoure cette ligne intemporelle. De derrière là encore le style des années 70 fait une entrée remarquée avec ses larges feux eux aussi striés qui encadrent ce grand couvercle de coffre. L'ensemble est allégé par de fins pare-chocs chromés et de multiples accessoires scintillants fleurant un luxe discret mais de très bon goût. Bon point, Mercedes livre la "SL" avec son hard top couleur caisse, quelle générosité...mais vu le tarif affiché, il est largement compris dans les facture.
Ce bon goût en revanche est différent à bord, les sièges à carreaux et l'abondance de plastiques noir changent radicalement des réalisations passées. On sent un effet de mode, une volonté de modernité qui au fil des millésime verra cette audace revenir à plus de classicisme par la suite avec du cuir plus sobre, quelques boiseries et des plastiques plus valorisants. Une version coupé baptisé "SLC" est même ajoutée au catalogue.
Au départ une seule offre mécanique avec la "350", un V8 3.5 litres de 200 chevaux, c'est en 1974 que le six cylindres en ligne fait son entrée avec un modèle plus abordable, la "280" dont la cylindrée est indiquée dans le nom, 2.8 litres et 180 chevaux. Mais entre les deux, en 1974, Mercedes introduira son haut de gamme, la "450" dont le V8 4.5 litres délivre désormais 225 chevaux, une version dédiée aux américains qui en sont fous. C'est aussi l'époque de l'âge d'or des séries télé Américaines, les plus riches héros roulent à bord d'une "SL", le top de l'époque! Bobby Ewing par exemple en possède une rouge et c'est une jaune qui transporte Jennifer Hart. Ah oui, n'oublions pas Eddie Murphy posé sur le capot d'un modèle rouge sur l'affiche du mythique "Beverly hills cop"!
Au cours des années les évolutions mécaniques vont suivre l'actualité en fonction des crises et des normes, baisses de puissances aux USA avant une remontée dans les années 80. La gamme évolue largement en 1986, si esthétiquement seul les roues, poignées de portes et les pare-chocs avant changent, ce sont surtout les moteurs qui sont chamboulés.
Car la "R107" va avoir une vie très longue, elle sera présente au catalogue jusqu'en 1989! Enfin pour le roadster car le coupé disparaît en 1981 sur la pointe des pneus.
Bon, imaginons que j'agrandisse mon garage virtuel, et bien à côté de ma Ferrari 308 GTB, je garerais sans doute une SL de cette génération et identique à ce modèle exposé à la flamboyante teinte orange métallisée. Son état était exceptionnel et la couleur de l'intérieur associé à celle de la carrosserie sera un coup de cœur pour moi! Celle-ci n'avait que 74.000 kilomètres d'origine et était mise en vente par le spécialise "C.G.E Classic" qui expose chaque année des modèles époustouflants.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Jan 09, 2020 12:58 pm 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59426
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Turin...

Voilà comment poussent les buissons du côté de Turin.
J'ai aussi bien aimé le petit toutou métallique.

Image

Une partie du musée est dédiée à la créativité avec comme thème l'automobile et Fiat, vous allez voir, ils ne manquent pas d'imagination.

Le salon avec ses sièges baquets sur roues galettes et l'amusante nourriture.

Image

La cuisine avec la plaque de cuisson Panda, le lave-vaisselle Cinquecento, le réfrigérateur Scudo et l'évier...Renault 4.

Image

On le voit mieux ici.

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Jeu Jan 09, 2020 5:04 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Juin 14, 2006 9:22 pm
Message(s) : 15960
Prenom: Cédric
Ma MCC: Mercedes CLA
Localisation: 08, Ardennes en force
le jardinier qui s'occupe du buisson..... la pauvre .... lol

_________________
auteur du "CC Way of Life" ;)
http://www.forum-renault.com


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 10, 2020 1:40 am 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 16, 2009 1:23 pm
Message(s) : 24761
Prenom: Guillaume
Ma MCC: Mégane III CC Floride noir étoilé
Localisation: Fécamp
La Capri et la R107 j'aime beaucoup, mais encore plus dans leurs teintes ici présentes :plie:

Et la Disco Volante, un monument de l'automobile :plie: :bave: :love:

_________________
ex mégane 2 CC exception noire, mégane 3 coupé dynamique blanc toit vitré
et mégane 3 CC dynamique blanc nacré
Image
mégane 3 CC Floride noir étoilé & mégane 4 Estate Intens bleu berlin


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 10, 2020 10:03 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59426
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
deckc a écrit :
le jardinier qui s'occupe du buisson..... la pauvre .... lol

C'est classe quand même! :Ouais1:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 10, 2020 10:04 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59426
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
guigui276 a écrit :
La R107 j'aime beaucoup, mais encore plus dans leurs teintes ici présentes :plie:


Ah moi j'en suis tombé amoureux! :plie:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 10, 2020 10:07 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59426
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Turin...

La partie atelier.

Image

On voit ici le frigo sur base de Scudo.

Image

Le lave vaisselle Cinquecento.

Image

Il n'est pas féerique ce lit?

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 10, 2020 10:26 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59426
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Turin...

"Alfa Romeo 155 V6 Ti "DTM"."

Image

Image

Image

"Martini dry."

Sale période pour Alfa Romeo qui en ce début des années 90 traverse une crise d'identité et constate une lourde érosion de ses ventes. Si la marque Italienne connaissait encore le succès dans les années 80, la qualité en baisse et les pannes à répétition vont entacher le moral des aficionados de la firme d'Arese. La marque à mauvaise réputation, la presse n'est pas tendre avec et les stylistes ne mettent guère en valeur les nouveautés, il faut être un fervent partisan où un passionné peu objectif pour signer un bon de commande d'un modèle neuf en concession.
La 75 à bout de souffle semble venir d'une autre époque en ce début des années 90, elle se voit remplacée en 1992 par la nouvelle berline 155. Le public reste sceptique, sa ligne anguleuse n'est ni belle ni laide et seul un trait horizontal écorche son profil et lui donne un brin de personnalité. De face elle s'équipe de petits phares et d'un long capot dont le relief prolonge le cœur de calandre encore bien mal mis en valeur. A l'autre extrémité c'est une haute poupe massive qui fait office de coffre, l'ensemble n'en fera jamais un chef d’œuvre mais on se console en se disant que ça aurait pu être pire.
A bord on se retrouve à bord d'une spacieuse berline confortable et au grand coffre, de plus la finition et le style fait bonne impression...pour une Italienne, il faut relativiser. Avec un équipement riche, elle mise beaucoup sur ce point pour faire la différence.
Mais les fans vont s’effondrer quand ils prendront connaissance de la fiche technique car cette nouvelle 155 repose sur la plate-forme de la Fiat Tipo/Tempra et passe désormais à la traction avant, sacrilège! Les 4 cylindres "Twin Spark" (à deux bougies) ont plus d'âme que la concurrence heureusement et les blocs V6 "Busso" sont les ultimes souvenirs d'une marque qui tourne ici une page de son histoire au plus grand désespoir des amoureux de l'automobile Transalpine. Qu'ils se rassurent, le salut reviendra plus tard, Saint Romeo remettra la marque dans le droit chemin.
Produite jusqu'en 1997 sous une seule carrosserie, la 155 se vendra toutefois correctement mais sa carrière sera brève, la sublime 156 qui attend la relève va rendre à Alfa Romeo ses lettres de noblesse et fermer cette malheureuse parenthèse.
Revenons en arrière, en Allemagne. C'est en 1984 qu'est crée le "DTM", le Deutsche Tourenwagen Masters, le championnat Allemand de Supertourisme. Au programme, des courses endiablées entre des voitures de monsieur tout le monde mais préparées à la sauce tuning et affûtées comme il se doit. Le championnat enthousiasme les foules, le spectacle est intense et la plupart des constructeurs généralistes Européens veulent y participer. Les spectateurs adorent assister à ces batailles viriles où se confrontent leur propres voitures du quotidien.
Alfa Romeo y engage sa 155 et rafle en 1993 le championnat avec comme pilote Nicola Larini dont la 155 GTA V6 Ti sort 420 chevaux! C'est curieux mais ainsi préparée et décorée aux couleurs de "Martini", la 155 DTM à finalement un look canon et sublime largement le modèle de série.
La marque au biscione raflera de nombreuses victoires à ce championnat et sera l'une des plus marquante des années 90 en "DTM". Voici justement une des montures de Nicola Larini qui à couru avec cette voiture le championnat 1995, année où il se classera 6ème au classement général.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 10, 2020 11:59 am 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Juin 14, 2006 9:22 pm
Message(s) : 15960
Prenom: Cédric
Ma MCC: Mercedes CLA
Localisation: 08, Ardennes en force
je me souviens de cette époque du BTCC j'adorais

_________________
auteur du "CC Way of Life" ;)
http://www.forum-renault.com


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 10, 2020 12:03 pm 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59426
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
C’était sympa et spectaculaire ces courses.
Ce qui était marrant c'était de voir des voitures de tous les jours se battre sur piste. :wink:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Jan 10, 2020 3:02 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Juin 14, 2006 9:22 pm
Message(s) : 15960
Prenom: Cédric
Ma MCC: Mercedes CLA
Localisation: 08, Ardennes en force
Image

croisée dans un petit garage, la carrosserie était comme neuve

_________________
auteur du "CC Way of Life" ;)
http://www.forum-renault.com


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2455 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 84, 85, 86, 87, 88, 89, 90 ... 164  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.