Meganecc.net

Le coin des passionnés
Nous sommes actuellement le Mar Avr 13, 2021 11:55 am

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2503 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 149, 150, 151, 152, 153, 154, 155 ... 167  Suivant
Auteur Message
Message Publié : Jeu Août 06, 2020 5:59 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 16, 2009 1:23 pm
Message(s) : 24882
Prenom: Guillaume
Ma MCC: Mégane III CC Floride noir étoilé
Localisation: Fécamp
:bubu :bubu :bubu

_________________
ex mégane 2 CC exception noire, mégane 3 coupé dynamique blanc toit vitré
et mégane 3 CC dynamique blanc nacré
Image
mégane 3 CC Floride noir étoilé & mégane 4 Estate Intens bleu berlin


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven Août 07, 2020 4:48 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Retromobile...

"Cognet De Seynes Torpedo."

Image

Image

Image

"Spécialité Lyonnaise."

Je le dis souvent mais la France est le berceau de l'automobile et le nombre de constructeurs qu'a connu notre pays est énorme. Parmi eux se trouve Cognet de Seynes dont la fabrique était située à Lyon.
Né en 1882, Edouard de Seynes arrive au moment où l'automobile prends racine, la technique le fascine et au début du siècle il ouvre sa société qui fabrique des boites de vitesses. Ces ensembles à 4 rapports sont réputés pour leur silence, nombre de constructeurs se tournent vers lui afin de puiser dans le catalogue du jeune sous traitant.
En 1907, Edouard De Seyne croise le chemin de Victot Cognet, les hommes s’apprécient et ont de vastes projets, leur rêve, lancer leur propre automobile. Les deux associés travaillent conjointement et lancent en 1913 leur première voiture, c'est une fierté à Lyon, ville natale de Berliet. Contrairement à ce dernier, Cognet De Seynes n'a pas la "puissance de feu" nécessaire pour faire de l'ombre aux grand constructeurs et ce sont à peine 20 à 30 voitures qui sont fabriquées chaque année. Un rythme faible, même à cette époque.
La première guerre mondiale oblige la fabrique à construire du matériel militaire, pas de véhicules mais des moteurs d'avion. A la paix revenue, Cognet De Seynes relance son activité automobile mais il est difficile de trouver des clients. Et puis la marque ne s'est pas impliquée en compétition et reste marginale et peu connue. Un nommé Ducerf injecte des fond et prends le contrôle de la société en 1920 afin d'assurer sa survie et à pour ambition de faire prospérer la petite marque. Ses ambitions, 300 véhicules par an. Son idée, réutiliser les modèles d'avant guerre, les modifier légèrement et constituer une gamme variée. C'est un flop! Edouard De Seynes reprends le contrôle mais ne réussi pas à transformer l'essai, il sort de son usine très peu de voitures comparé à la concurrence de plus en plus féroce et qui standardise sa production. Impossible de suivre le rythme, en 1926 Cognet De Seynes ferme à jamais ses portes.
Marque aujourd’hui connue seulement de quelques spécialistes, les Cognet De Seynes ont totalement disparues du circuit si bien que seulement deux sont connues! On sais peu de choses sur ce torpédo de 1924. Une auto à l'allure traditionnelle des automobiles de cette époque et qui ressemble fortement à un modèle Citroën contemporain. Le moteur est un 4 cylindres 1124 Cc qui lui permettait une vitesse de 55 Km/h.
La voiture exposée appartient à la collection Henri Malartre de Lyon.

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Août 08, 2020 4:25 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
On croise comme chaque année David André de "Lady Art Car".

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Août 08, 2020 4:46 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Retromobile...

"Mercedes-Benz 710 SSK."

Image

Image

"Histoire courte."

Certes, Mercedes est un constructeur de plus à inscrire ses voitures en course mais la jeune marque peut se targuer d'avoir remporté le Grand Prix de France en 1914 et les 500 Miles d'Indianapolis en 1915. La première guerre mondiale mettra entre parenthèses ces exploits, toutefois la marque à l'étoile fabrique des moteurs d'avions et développe la conception du compresseur, cet accessoire qui est en quelque sorte l'ancêtre du turbocompresseur.
A la paix revenue, Mercedes place son précieux compresseur sur l'ensemble de sa gamme dès 1921. Mais d'autres le proposeront aussi au cours des années 20 comme Bentley où Bugatti.
Entré chez Daimler en 1923, Ferdinand Porsche est chargé de mettre au point une redoutable voiture de course pour la Targa Florio, Mercedes remporte cette épreuve mythique en 1924. Deux ans plus tard Benz fusionne avec Mercedes pour ne former plus qu'une seule et même marque, Mercedes-Benz.
De cette union naît la Type S en 1927, c'est le fleuron de la marque et elle est le fruit du travail de Ferdinand Porsche. Elle s'équipe de fabuleux moteurs six cylindres en ligne qui peuvent recevoir l'appui du fameux compresseur, on atteint des puissances folles pour l'époque, 225 chevaux! Si la fiche technique est incroyable dans les années 20, le châssis est en revanche moins technique et ne permet pas d'exploiter au mieux cet engin qui en plus est bien lourd et encombrant. On les surnomme les "éléphants blancs"!
Pour exploiter ce potentiel quelque peu gâché, on élabore un modèle plus léger et surtout plus compacte, son empattement réduit de 45 centimètres lui fait porter la lettre "K", non pas pour "Kompressor" mais pour "Kurtz", court en Français. On va en plus déporter la mécanique plus vers l'arrière et abaisser le centre de gravité, la nouvelle "SSK" semble avoir enfin réuni tout ce qui lui manquait pour devenir une voiture de course redoutable.
Elle apparaît en 1928 sous le nom barbare de 25/170/225 PS. Sachez que le premier chiffre, 25, correspond à la puissance fiscale. Le second est la puissance du moteur, 170 chevaux mais sans l'apport du compresseur car avec ce dernier, il en délivre maintenant 225 comme l'atteste son nom dans cette nomenclature maison.
Un modèle est engagé à la course de côte de Gabelsbachou où le pilote Rudolf Caracciola décroche la victoire à son volant. La voiture est une remarquable monture dont on exploitera même 300 chevaux dans l'écurie d'Alfred Neubauer!
Cette version qui est sans doute l'une des plus légendaire a été construite à 35 exemplaires et ce modèle exposé ici date de 1929. Voiture idéale et conçue pour les courses de côte, elle était toutefois utilisable sur route et disposait d'un certificat d'immatriculation. Râblée, elle transpire la performance, c'est une véritable athlète dans ses lignes. Basse, avec de grandes roues, un haut capot et de minuscules saute-vent, la "SSK" n'est pas là pour la frime. Pourtant elle est très soignée dans ses détails avec sa statutaire calandre chromée traitée en coupe-vent, ses tubulures d'échappement sortant du capot côté droit où bien encore son habitacle traité de manière luxueuse avec ses boiseries, une instrumentation généreuse et même un siège passager qui est situé en léger retrait. On s'en doute, pas de malle à l'arrière mais deux roues de secours superposées entourées de jolies ailes parfaitement arrondies.
Belle et ultra performante, elle reste l'un des modèle majeur de cette seconde moitié des années 20 et prouve déjà que Mercedes n'est vraiment pas là que l'espace d'un petit moment.
Cet exemplaire noir de 1929 a été livré neuf en France par les établissements Dolphas. Restauré sans question de coût, cet exemplaire était disponible à la vente...mais le prix était sur demande, comme toujours si vous le demandez, c'est que vous ne pouvez pas vous l'offrir.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam Août 08, 2020 6:32 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 16, 2009 1:23 pm
Message(s) : 24882
Prenom: Guillaume
Ma MCC: Mégane III CC Floride noir étoilé
Localisation: Fécamp
Encore une auto exceptionnelle sur le stand Movendi :bubu

_________________
ex mégane 2 CC exception noire, mégane 3 coupé dynamique blanc toit vitré
et mégane 3 CC dynamique blanc nacré
Image
mégane 3 CC Floride noir étoilé & mégane 4 Estate Intens bleu berlin


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Août 09, 2020 4:18 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
guigui276 a écrit :
Encore une auto exceptionnelle sur le stand Movendi :bubu

Oui et qui passait inaperçue derrière la flamboyante Bugatti Veyron. :bubu


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim Août 09, 2020 4:55 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Retromobile...

"PS Spyder."

Image

Image

"Les petits plaisirs de Paul."

Paul Stephens, c'est le spécialiste Anglais de la Porsche 911. L'homme restaure et vends des 911 à Essex, au Royaume Uni et les connais jusqu'au moindre boulon. La fille de la Coccinelle, il la vénère, il adule tant l'insecte Allemand qu'il à pris l'initiative d'en tirer de dérivés uniques sur la base d'anciens modèles.
Stephens n'est pas un contrefacteur, il ne lancera pas des recréations de modèles rares voir uniques, il fabrique ses propres dérivés à son image. En 1988, il se lance dans la fabrication d'une version Spyder avec en tête le modèle originel au look rétro. Il façonne une carrosserie entièrement réalisée en aluminium dans un style dépouillé et radical. Le look est celui de la 911 originelle, à l'avant le pare-choc est peint couleur caisse et réduit à sa plus simple expression pour se noyer dans la masse et sur le capot est creusé un puits qui sert d'orifice de réservoir de carburant. Derrière, le symbolique pare-brise prends la forme d'un mince coupe-vent en plexiglas, port du casque plus que recommandé pour le pilote et son passager.
Sur les flancs on remarque l'absence de poignées de portes et la présence de logos "Spyder". Une bande rouge "vintage" signée "PS" est collée en partie basse. Les rétroviseurs de type obus sont absolument délicieux.
Derrière, c'est l'impressionnant double bossage qui attire les regards, une pièce "maison" de toute beauté. Le capot moteur est percé de louvres d'aération et une double sortie d'échappement de gros diamètre émerge en partie basse, sous la plaque d'immatriculation.
La 911 PS est basse, compacte, râblée, ses quelques pièces d'époque en chrome et ses sublimes jantes "Fuchs" accentue le style rétro et il faut s'y connaître un peu pour deviner qu'il ne s'agit pas d'un modèle sortit des usines de Zuffenhausen.
La planche de bord a été peinte couleur caisse et est constituée d'une pièce de tôle. Les garnitures de portes sont allégées et juste recouvertes d'un panneau de cuir dont la couleur reprends celle des petits baquets. Pas de vitres descendantes, un petit élément de plexiglas dépasse des portières en suivant la découpe de ce que l'on peut appeler un pare-brise.
On trouve à l'arrière le traditionnel "Flat" 6 qui est ici la version 3.2 litres et qui développe 231 chevaux. Avec une masse allégée au maximum, la PS Spyder promet des performances étourdissantes et un plaisir de pilotage "sans filtre". Affichant 2277 kilomètres, cette création unique est actuellement proposée à la vente contre 185.000€.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Août 10, 2020 12:30 pm 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Retromobile...

"Rolls Royce Silver Cloud II LWB George Barris."

Image

Image

"La Rolls de Lady Zsa Zsa."

La trilogie de la saga Silver Cloud, traduisez par "nuage d'argent" en Français, débute chez Rolls Royce en 1955 sous la forme d'une opulente berline à châssis séparé et à la ligne semi-ponton d'une classe absolue mais franchement obsolète sur le plan du style. Qu'importe, ça plaît et c'est comme ça! D'ailleurs, qui aurait imaginé une Rolls autrement, pourtant dix ans plus tard la Silver Shadow va tout chambouler avec sa ligne "ponton" 3 volums et sa ligne nettement moins ostentatoire.
C'est un six cylindres en ligne qui motorise la Silver Cloud, un gros moteur 4.9 litres de 155 chevaux qui doit propulser l'immense "péniche" de près de deux tonnes.
En 1959 est présentée la Silver Cloud II, pas de révolution pour son dessin, c'est même le jeu des sept erreurs car le vrai changement à lieu sous le capot où se loge désormais un V8 6.2 litres plus performant, la voiture ayant au passage dépassé les deux tonnes.
En 1963 s'écrit le troisième volet de la trilogie "Cloud" avec la Silver Cloud III, elle est facile à reconnaître grâce à son nouveau regard doté de quatre phares, ce détail modernise grandement son dessin même si au début des années 60 elle fait figure d'antiquité mais la concurrence est quasi inexistante dans cette catégorie, Rolls règne en maître absolu.
Son poids perd une centaine de kilos mais elle conserve son V8. La carrosserie "usine" sera souvent adoptée mais "Park Ward" a réalisé une série de cabriolet bien distincts équipés de leur fameux "Chinese eyes" au regard si particulier. Les trois générations vendues entre 1955 et 1966 s'écouleront à environ 6700 exemplaires.
Comme on peut aisément l'imaginer, la Silver Cloud va immigrer en masse aux Etats-Unis, c'est la voiture qui symbolise le haut de la pyramide sociale et qui montre sa réussite...du moins financière. C'est aussi la voiture des stars, ces vedettes attirés par la lumière aiment se montrer et quoi de mieux qu'une bien grosse Rolls Royce! Mais dans les quartiers riches des grands villes, la Silver Cloud est courante si bien qu'elle ne suffit plus, surtout quand elle est grise. Même si Rolls Royce peut à la carte modifier les équipements et l’aménagement, la marque Britannique ne changera pas la ligne et pour rien au monde elle n’acceptera de la personnaliser. Il reste encore dans les années 60 certains grands carrossiers qui peuvent le faire et en général avec grande classe.
Reste que pour une poignée d'excentrique, ça ne suffisait pas. John Lennon fera peindre la sienne, une Phantom V de manière psychédélique en 1965 et restera dans les mémoires. C'est oublier cette Silver Cloud de 1961 à châssis rallongé (LWB signifiant Long Wheel Base) commandée par une comédienne Américaine d'origine Autrichienne, Zsa Zsa Gabor. Cette croqueuse d'homme au fort tempérament est arrivée en 1941 aux Etats-Unis, elle y rencontrera le succès à Hollywood en tournant avec de grands réalisateurs.
Aimant les strass et autres paillettes, elle avait aussi un grand intérêt pour l'automobile et possédera entre autre une Mercedes 300 SL. En 1978, elle désire faire personnaliser sa Rolls Royce Silver Cloud II de 1961. Pour satisfaire ses exigences, elle se tourne vers George Barris, un des plus grands réalisateurs de modèles excentriques, l'homme est connu pour ses réalisation uniques pour des modèles destinés au cinéma.
Barris prends en charge la voiture dans ses ateliers, l'actrice voulait que sa voiture soit exposée à l'Auto Expo de Los Angeles en 1978. Le champion de la customisation à donc le champ libre, la Silver Cloud devra être une scintillante pépite qu'il faudra contempler avec des lunettes de soleil, attention les yeux!
Le résultat est on ne peu plus "Bling bling". La voiture est peinte en deux nuances d'or et les chromes recouverts d'un placage d'or 24 carats. On remarque à l'avant les phares surdimensionnés de part et d'autre de la calandre dorée. Sous la statuette on trouve le blason aux deux R entrelacés et l'inscription "Zsa Zsa".
Vue de côté on remarque la partie noire au dessus du chauffeur, le toit étant désormais démontable pour en faire un landaulet. Une plaque est fixée en bas des ailes qui explique qui était le créateur et à qui était destiné cette pièce unique, on trouve sur les portes arrières les inscriptions "Zsa Zsa" en lettre d'or surmontés d'une couronne stylisée. Les vitres sont elles gravées d'arabesques et de dessins délicieusement kitsch, elles sont signées de l'artiste Robb Rich. Plus important est la partie arrière du pavillon redessinée, les vitres de custodes fixées aux portières ont été retirées et le montant élargi. On y a fixé de faux compas de capote, Barris n'étant plus à ce gendre de détails près.
Il accentue le côté rétro de la Rolls avec ce nouveau couvercle de coffre intégrant la roue de secours recouverte d'une housse en cuir et au moyeu plaqué or. La lunette à été rendue plus étroite en prenant une forme ovale.
L'intérieur est divisé en deux compartiments. La place du chauffeur est resté d'origine avec ses boiseries et ses sièges recouverts de cuir clair. En revanche, derrière, c'est un véritable "lupanar". Les habillages sont en velours avec une banquette capitonnée. Des soliflores en cristal sont fixés sur les custodes, les accessoires nickelés ont été passés à l'or fin et l'on retrouve les "picnic tables" repliables au dos de la banquette avant.
Estimée entre 80.000 et 140.000€, cette pièce unique ne trouvera pas d'acheteur au cours de la vente Artcurial.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Août 10, 2020 1:22 pm 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Oct 24, 2007 10:58 pm
Message(s) : 21075
Prenom: Wilfried
Ma MCC: Golf Cab 1,4L 122cv
Localisation: Noisy le grand
c'est spécial
par contre je m'attendais a un prix plus élevé

_________________
La gallerie de ma Golf Cab
Le blog de bubu


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun Août 10, 2020 11:04 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 16, 2009 1:23 pm
Message(s) : 24882
Prenom: Guillaume
Ma MCC: Mégane III CC Floride noir étoilé
Localisation: Fécamp
Oui c'est vrai que l'estimation n'est pas très haute même si les Rolls n'ont pas de grosses côtes, il faut faire attention aux frais d'entretien

_________________
ex mégane 2 CC exception noire, mégane 3 coupé dynamique blanc toit vitré
et mégane 3 CC dynamique blanc nacré
Image
mégane 3 CC Floride noir étoilé & mégane 4 Estate Intens bleu berlin


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Août 11, 2020 10:47 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
Oui, ce modèle unique et étonnant est resté sur la touche, c'est étonnant je trouve aussi... :confus2:


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Août 11, 2020 11:54 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Retromobile...

"Delahaye 135 M Coach Aérosport Letourneur & Marchand."

Image

Image

"Derniers espoirs."

Sans aucun doute la plus connue de toutes les Delahaye est la type "135". Modèle emblématique, voir iconique de chez Delahaye, la "135" qui a été produit entre 1935 et 1952 sera un immense succès. Elle était disponible sous plusieurs formes de carrosseries dites "usine" mais également en châssis nu à faire habiller par les plus grands "artistes" de la carrosserie Française. En revanche elle utilisait toujours le même moteur six cylindres en ligne dont la puissance variait de 95 à 130 chevaux. Cette base dynamique et particulièrement réussie fera beaucoup pour l'image de Delahaye qui réalisera l'un de ses meilleurs modèles et s'illustrera aussi en compétition brillamment.
La "135" c'est d'abord un ensemble châssis/mécanique que chaque client choisit d'habiller là où il le désire par le carrossier de son choix. Cet ensemble très dynamique constitué d'un excellent soubassement accouplé à un excellent bloc six cylindres en ligne donnera naissance à de nombreuses variantes dites "Sport", "Coupe des Alpes", "Normal", "Compétition", "Spéciale" aux différences mécaniques et réglages spécifiques à chacune d'entre elles. Quand aux carrosseries, elles seront presque aussi nombreuses que le nombre de 135 sorties entre 1935 et 1952, c'est à dire 2592 modèles.
Certains grands couturiers automobiles ont magnifiés la "135" comme Figoni & Falaschi, parfois avec d'étonnantes et folles carrosseries profilées dont je raffole et d'autres plus sobres et discrètes mais souvent de très grande classe, la classe à la Française en quelque sorte.
Interrompue pendant la seconde guerre mondiale, la "135" est remise en service une fois les usines Delahaye prêtes à refabriquer des automobiles. Mais la marque de prestige fabriquait ses modèles en petite quantité au temps de sa superbe, imaginez le contexte dans une Europe ravagée! Seul espoir les écouler aux USA mais les années ont passées et les Américains voient vers le futur et les étoiles, ces belles et prestigieuses carrosseries Françaises sont désormais du passé. En 1953 la légendaire "135" cesse d'être produite.
C'est en 1938, juste avant la guerre que la "135" voit sa gamme modifiée, il faut dire que depuis quelques années Delahaye fait briller son nom en compétition et souhaite le pérenniser sur sa gamme de modèles civils. Ainsi on y trouve la "135 M" et la plus puissante "135 MS" équipée du même bloc 3.6 litres des modèles de course.
Mais tout est figé pendant la guerre, la reproduction redémarre en 1946 et repart sur ces anciennes bases. Les carrossiers indépendants tirent la langue, ils tirent leur dernières cartouches avant la généralisation des voitures à caisse monocoque et aux lignes "ponton". Mais l'Europe n'a plus la clientèle et les Américains visent les étoiles et se suffisent avec leurs modèles aux lignes toujours plus délirantes, bourrées de gadgets et équipées de moteurs à la cylindrée de chalutier. Letourneur & Marchand continue ses réalisations et espère utopiquement un retour des beaux jours sans vraiment y croire je pense. Ainsi en 1948 le carrossier réalise un ensemble de sept coachs Aérosport basés sur des châssis de Delahaye 135 dont un exemplaire est exposé au salon de Paris de la même année. C'est l'une d'entre elle qui est ici présentée.
Ce joli coach bourgeois dégage beaucoup de classe et évoque un peu un coupé Jaguar XK 120, une auto sortie elle aussi en 1948. Le dessin de Letourneur & Marchand reste toutefois moins fin mais la Française à une belle allure. La calandre oblongue verticale entourée de deux phares encastrés rappelle vraiment la Britannique, en revanche la Delahaye dispose de deux grilles d'entrée d'air en partie inférieure qui date plus la voiture. Le grand capot est parfaitement horizontal, les roues placées très en avant étirent les ailes et allonge le profil de la voiture. La ligne "semi-ponton" laisse encore apparaître en filigrane les ailes, là encore on retrouve la même figure de style dans le dessin d'une Jaguar XK 120. Le pare-brise incliné en deux parties est de type "coupe vent", il offre une allure très dynamique à la voiture dont les roues arrières carénées contribuent à la finesse de l'ensemble. L'arrière étiré est lui aussi joliment "balancé". On trouve un grand couvercle de coffre et une lunette relativement étroite bien que l'on en voyait à l'époque souvent de ben plus étriquées.
Dans l'habitacle, il y a d'un côté cette planche de bord en tôle peinte et typée avant guerre et les garnitures en bois et tissu vert à carreaux au style presque "art déco"! Le mélange est quelque peu singulier mais il à le mérite d'être franchement original. Et puis la place n'est pas comptée, ce qui en faisait presque une voiture de grand tourisme.
Car la mécanique de la Delahaye 135 était une pièce de choix, elle à fait ses preuves en piste et même après guerre restait une référence. Ce bloc 3.5 litres à triple carburateurs et équipé ici d'une boite "Cotal" fournissait 110 chevaux.
D'origine peinte en gris "Platine", elle aura droit à cette laque bordeaux quelques années plus tard. Conservée près de 60 ans dans la même famille, elle à maintenant une patine qui donne un supplément d'âme à cette auto dont seul deux exemplaires sont encore connus. Estimée entre 150.000 et 200.000€, cette belle voiture Française ne sera pas vendue.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mar Août 11, 2020 4:14 pm 
Hors-ligne
VIP
VIP
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Ven Oct 16, 2009 1:23 pm
Message(s) : 24882
Prenom: Guillaume
Ma MCC: Mégane III CC Floride noir étoilé
Localisation: Fécamp
Même réflexion que toi: ressemblances avec la Jaguar :Ouais1:

Jolie auto :plie:

_________________
ex mégane 2 CC exception noire, mégane 3 coupé dynamique blanc toit vitré
et mégane 3 CC dynamique blanc nacré
Image
mégane 3 CC Floride noir étoilé & mégane 4 Estate Intens bleu berlin


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Août 12, 2020 4:49 am 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Juil 15, 2007 9:26 pm
Message(s) : 59591
Prenom: Stephane
Localisation: Moisy le Gland
A Retromobile...

"Renault 4 Arman."

Image

Image

"Arts populaires."

Vous le savez, j'ai beaucoup d'admiration pour les "art car" mais toutes ne sont pas forcément de puissantes voitures de sport roulant à 300 Km/h dans la ligne droite des Hunaudières. Car l'art peut être aussi plus populaire de par son support.
Nous sommes en 1967 et le magasine "Réalités" organise une levée de fonds pour la recherche médicale Française. Son idée est simple et géniale, confier 5 voitures populaires à 5 artistes afin qu'ils les décorent et qu'elles soient ensuite revendues aux enchères.
On trouve ainsi Carlos Cruz Diez qui travaillera sur une Daf, Agam aura une Simca 1000, Victor Vasarely une Opel Kadett, Sonia Delaunay une Matra 530 et Arman une Renault 4.
Arman travaille sur l'accumulation, l'artiste Français va donc apposer une série de 818 Renault 4 en décalcomanie qu'il va vernir et passer au four. Le résultat est assez hypnotique et Arman estime que son oeuvre tiendra au moins dix ans...délais tenu! L'artiste né à Nice voulait aussi que sa voiture soit utilisable au quotidien et cette R4 possédait sa mécanique et était parfaitement roulante. Notez que la signature de l'artiste a été gravée sur le le chrome de l'éclaireur de plaque arrière.
Vendue au profit de la recherche médicale, la R4 roulera très peu avant d'être revendue plus tard aux enchères dans une vacation dédiée à la peinture. La R4 était une sorte de pièce rapportée de la vente qui semblait intéresser peu de monde. Dans la salle des ventes se trouve André Trigano, intéressé, il remporte l'enchère contre un prix très bas!
André Trigano l'intègrera à sa riche collection mais la fera peu rouler, ainsi cette R4 n'a que 913 kilomètres d'origine! Présentée à Retromobile, elle sera en vente le 13 septembre prochain avec une grande partie de la collection Trigano. L'estimation de cette très populaire "art car" est située entre 30.000 et 60.000€.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Mer Août 12, 2020 8:39 am 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mer Oct 24, 2007 10:58 pm
Message(s) : 21075
Prenom: Wilfried
Ma MCC: Golf Cab 1,4L 122cv
Localisation: Noisy le grand
original comme décoration

_________________
La gallerie de ma Golf Cab
Le blog de bubu


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2503 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 149, 150, 151, 152, 153, 154, 155 ... 167  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : cuda47 et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit en français par Maël Soucaze.